JAN KOCHANOWSKI OU LE POETE POLONAIS PAR EXCELLENCE

21 août

Czarnolas

Czarnolas

Lorsque l’on arrive à Varsovie il y a tant de choses à voir – et à goûter, sans parler de tout ce qu’il y a à boire – que l’on en oublie d’aller chercher aux alentours. Si tel n’est pas le cas, le touriste n’ont conseillé par un guide de qualité arrête son choix sur les itinéraires les plus conventionnels et passe « à côté » de Czarnolas [La forêt noire], par exemple. Il y a là-bas notamment une très jolie campagne et la maison du plus grand poète de la Renaissance, égal, et même pour certains dont je fais partie, supérieur à Ronsard, son contemporain. Il se nomme Jan Kochanowski.

Jan Kochanowski

Jan Kochanowski 

A « Czarnolas » qui se trouve au sud-est de Varsovie, vous pourrez vous reposer des bruits et de la fureur de la capitale polonaise et jouir du calme de cette gentilhommière transformée en musée, à la mémoire du poète. Cinq ans après sa mort, en 1585, ses oeuvres complètes parurent et l’on peut dire que les siècles qui se seront écoulés, n’ont aucunement démenti ce succès.

D’où vient sa grandeur ? Sa langue, pour toute classique qu’elle soit, à plus de nerf et d’invention que celle de Ronsard ; chez lui , jamais aucune facilité stylistique et sa syntaxe est pure et translucide tel un cristal en fusion. Ce poète restera à tout jamais l’un des plus grands lyriques :

Je chantonne pour les Muses. Car celui qui est sur terre,

Voudrait-il faire taire son coeur avec mes chants ?

Qui ne veut pas en ce moment n’avoir en vue que le profit

Attrapant des sous de tous côtés, et choses semblables

Car avec les rimes quel profit hormis celui d’un son vain

Mais celui qui a de l’argent, a tout en main

Pour lui le pouvoir, pour lui le droit et les places ;

Il est gommeux, il est beau parleur, il a des ancêtres en tout lieu

Ne t’étonne donc point que les hommes se piétinent pour de l’or

Et le poète, sans auditeur, lui, chante dans le désert…(La Muse – Trad. Gilles Renard)

 Si, étant à Varsovie, vous n’avez pas le temps de vous rendre à « Czarnolas », alors sur la place du château royal et dans la cour intérieure, ayez une pensée pour le poète. Il ne se retira sur sa terre de Czarnolas que fort tard. Comme tout humaniste de cette époque la chose publique ne lui était pas indifférente. Il devint même secrétaire du Roi Sigismond Auguste et travailla au château, dans les années 60. Sa vie de cour durera onze années. Fatiguée par des querelles intestines et décu de n’avoir pu faire mieux pour le royaume il revint à Czarnolas où il mena la vie d’un gentilhomme campagnard. Ses vieux jours furent assombris par la mort de sa fille, Ursula, ce qui lui inspira de très beaux vers :

Ma douce Ursula, que n’étais- tu pour moi

Ou tu n’es pas morte ou tu n’es pas née !

Maigre consolation je pleure un grand chagrin

Pour tes adieux si mal à propos. (Chant funèbre XIII- Trad. Gilles Renard)

Jan Kochanowski et sa fille Ursula

Jan Kochanowski et sa fille Ursula

 

tout comme le sort de son pays d’où ses vers qui sonnent pour nous, Polonais, comme prémonitoires :  en Pologne « aucun droit ne vaut, aucune justice n’a sa place ». (Réplique des députés grecs – trad. Gilles Renard)

 

P.S : Pour ceux qui voudrait se délecter de la poésie de Jan Kochanowski, en français, qu’ils soient reconnaissants aux Editions de la différence d’avoir publié cet ouvrage : La Vie qu’il faut choisir, trad. Alice-Catherine Carls, La Différence, « Orphée », 1992

gillesrpl@yahoo.com – portable : 500081928 (Varsovie)

Je vous propose de multiples variantes de visites guidées thématiques ou plus générales. Il va de soi que vous pouvez vous-mêmes proposer vos thèmes ou attentes et je me ferai un plaisir d’y répondre au mieux. Quelques exemples d’offres de visites guidées thématiques:

 

-         Le Varsovie de l’Entre-deux-guerres

-         Le Varsovie maçonnique d’hier à aujourd’hui

-         Le Varsovie français et Napoléon

-         Le Varsovie de la Seconde Guerre mondiale

-         Le Soulèvement de Varsovie

-         Le Varsovie des Arts et des Lettres

-         Le Varsovie communiste

-         Le Ghetto et son soulèvement

-         Les cimetières civiles et militaires

-         Chez le dernier Roi de Pologne

-         La demeure princière d’un roi gentilhomme

-         Chopin et Varsovie

-         Les églises, cathédrales et basiliques de Varsovie

-         Les palais varsoviens

-         Les grands architectes polonais et étrangers de Varsovie

-         La Vieille ville et ses secrets

-         Pour le plaisir des yeux, des oreilles et du palais…

Etc…

gillesrpl@yahoo.com – portable : 500081928 (Varsovie)

 

 

4 Réponses à “JAN KOCHANOWSKI OU LE POETE POLONAIS PAR EXCELLENCE”

  1. jem 21 août 2016 à 21 h 41 min #

    Charmant article, qui donne envie d’en connaître davantage. Tu nous présente, au fil de tes notes, un Varsovie haut en couleurs, appétissant, que pour ma part je n’avais qu’imparfaitement entrevu, les fois où j’y suis allé. J’espère avoir l’occasion de l’arpenter avec toi de nouveau, et d’y faire de multiples escales pour y découvrir des choses merveilleuses…

  2. Jolanta 4 septembre 2016 à 15 h 09 min #

    Hi Gilles, I like very much your style of writing

  3. varsovieguide 7 septembre 2016 à 11 h 33 min #

    Merci beaucoup et je sais qu’etant un adorateur de la Pologne tu n’as pas fini dans decouvrir tous les tresors. Bien a toi, Gilles

  4. varsovieguide 7 septembre 2016 à 11 h 34 min #

    Thank you It’s very nice.

Laisser une réponse

PARKIN'SONG |
Chevalier Rouergue |
Desimpressionsurdespeintures |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Esther K.
| Through my eyes
| les oeuvres de titi